Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

*L'ASTRONOME DUR À CUIRE*Jonathan Ruel*Éditions Druide

*Merci aux Éditions Druide qui m'ont permis de faire cette lecture de presse, du premier roman d'un auteur montréalais. *

*L'ASTRONOME DUR À CUIRE*Jonathan Ruel*Éditions Druide
  • L’ASTRONOME DUR À CUIRE
  • Jonathan Ruel
  • Éditions Druide
  • 520 pages
  • Roman de route – nouvelle - littérature québécoise

Le commentaire de Martine Lévesque:

Merci aux Éditions Druide qui m'ont permis de faire cette lecture de presse, du premier roman d'un auteur montréalais.
L'astronome dur à cuire est un roman écrit à la première personne, l'auteur se place comme le narrateur de cette histoire qui doit avoir inspiré par ce cheminement. Puisque dans cette histoire le personnage principal est un étudiant doctorant en physique d'Harvard, tout comme Jonathan Ruel a étudié et terminé son doctorat à Harvard. On voit que l'arrière-plan a été puisé au sein de sa vie et de ce qu'il connaît. J'ai remarqué que l'auteur connaissait très bien le domaine universitaire puisqu'il s'y réfère continuellement.
C'est une histoire assez tordue, généreuse et alimentée par l'amour, celui désiré, celui trouvé, celui savouré, celui profité et surtout celui perdu. Les deux personnages principaux Jonathan et Moira, je les aime. Au début, Jonathan vient de commencer un voyage en voiture avec une camarade d'études, Moira. Pour le plaisir, ils ont décidé de partir, peut-être veulent-ils fuir quelque chose. Ce sont des personnages très intelligents, on le ressent par les réflexions surtout celles de Jonathan et, aussi par leurs actes qu'ils posent. Durant ma lecture, il a une référence à une femme s'appelant Marie-Hélène, qui est-elle par rapport à Jonathan, car lorsqu'il en parle on sent qu'il l'idolâtre. On sent l'amour que Jonathan a pour elle, un amour absolu ou plutôt un grand amour.
Quand j'ai commencé à lire ce roman, je l'avoue mes sentiments étaient assez complexes, je ne savais quoi penser de ces deux étudiants qui partent en voyage en voiture sans préparation. Je suis resté l'esprit ouvert, je me suis dit cela doit vouloir nous amener à quelque chose ou quelque part... Pleins de questions émergeaient durant ma lecture : pourquoi Chicago, pourquoi l'évangile secret de Jacques est cité au début de chaque chapitre, pourquoi devenir quelqu'un d'autre ? Ma tête fusionnait de questions, mais plus ma lecture avançait plus je voyais certaines réponses et que je comprenais de plus en plus.
En conclusion, je souligne que le roman m'a impressionné, on peut dire qu'il est bien écrit. Ce que j'ai apprécié c'est la part du mystère que ce récit comporte, le plus intrigant est le retour au passé de Jonathan. On sent que Jonathan Ruel a travaillé fort pour écrire ce roman, c'est un roman de route pas comme les autres, on dirait même un nouveau genre qui appartient à cet auteur. J'ai vraiment apprécié mon moment de lecture, surtout que l'on s'attache à Jonathan et Moira. Pour tous les prochains lecteurs je vous donne un filon ne lâcher pas le roman durant votre lecture, poursuivez jusqu'à la fin.

Résumé :
Chargés de leur Évangile secret, d’un amour perdu — Marie-Hélène — et de leur histoire romantique à eux, deux amis, Jonathan et Moira, nous entraînent dans un road trip américain. Leur L'astronome dur à cuire
escapade se déroule souvent au rythme de la conversation, parfois lente, parfois drôle, explorant le labyrinthe de la mémoire, au détour duquel se trouvent des voyages, des rêves et trop de coïncidences. Les différents fils se rejoignent de façon étonnante quand Jonathan et Moira croisent la mort sur leur route et essaient de séparer leurs histoires et leur paranoïa de la réalité. À sa manière, fort originale, Jonathan Ruel réinvente le roman de route. Héritier de Kerouac et de Faulkner, il nous précipite dans un univers aussi réaliste que, justement, déroutant…

Tag(s) : #ROMAN, #NOUVELLES, #QUÉBECOIS

Partager cet article

Repost 0