Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je tiens à remercier les Éditions Septentrion pour m'avoir permis de lire ce livre de 

sociologie représentant un portrait de la communauté Inuit du Québec. 

Une école à la dérive, Essai sur le système d'éducation au Nunavik 
Nicolas Bertrand 
Éditions Septentrion – 2016, 296 pages 
Histoire – essai – sociologie de la région nordique du Québec - Nunavik - École 

Le commentaire de Martine :


Je veux spécifier que l'auteur s'est retrouvé à enseigner au Nunavik dans des écoles primaires et secondaires pour une période de deux ans. Il retrace un portrait de la réalité du Grand nord, en détaillant les obstacles et le processus d'évolution du système scolaire au nord du 55e parallèle. Les problèmes de l'école actuelle au Nunavik sont les bouleversements économiques, les différences sociales, la culture, les changements politiques, par le fait l'idéologie de la communauté va se transformer. 

Nicolas Bertrand soulève quelques problèmes et non les moindres tournent autour des savoirs et des méthodes pédagogiques. L'organisation et désorganisation des écoles qui résultent à des échecs scolaires. Il trace un portrait historique de l'éducation du Nunavik ; les ancêtres, la colonisation, l'éducation traditionnelle inuit, la contribution de l'état canadien auprès des autochtones, la sédentarité et l'intervention du gouvernement québécois. La mise en place de La Convention de la Baie-James et du Nord Québécois, ainsi que l'autonomie politique. Il explique très clairement l'adaptation des professeurs à la vie du Nunavik, par leur défi qu'ils auront à faire face en mettant une emphase sur le choc des cultures. Le livre fait le tour de la question et nous aide à mieux comprendre la culture et le mode de vie de cette population qui vivent sur ce territoire. 

Un essai qui m'a permis de mieux comprendre la réalité du système scolaire dans la région nordique du Québec. De voir la culture des autochtones se confronter à celle des personnes qui passent sur leur terre afin de les éduquer en essayant de diminuer la répercussion des problèmes sociaux vers l'école. J'ai bien aimé lire ce livre qui peint un portrait sociologie d'une école et du mal-être dans le Nord québécois. De plus, j'ai appris et compris pleins de choses qui sont souvent mal ou pas, véhiculés par les médias, surtout quand nous ne sommes pas impliqués dans cette réalité. 


Résumé


Depuis l'implantation des premières écoles fédérales au milieu du siècle dernier, le système d'éducation au Nunavik n'a cessé d'être en crise. Absentéisme fréquent, faibles résultats scolaires, décrochage important des élèves au secondaire… le portrait est, hélas, familier. L'école échoue par ailleurs à enseigner adéquatement la culture inuit, ce qui attise les critiques à son égard. 
Prenant appui sur son expérience personnelle à titre de suppléant dans le village de Kangirsuk, Nicolas Bertrand dresse le portrait de cette école dont la dérive a des racines profondes et complexes. Il réfléchit aussi à la manière de réformer ce système et démontre la difficulté de cette entreprise. Car tant et aussi longtemps que l'école sera perçue par les Inuits, à tort ou à raison, comme un obstacle et non comme une condition de leur
émancipation, sa légitimité sera contestée et sa mission, compromise. De l'éducation de sa jeunesse dépend pourtant l'avenir du Nunavik qui, sans renier son passé, doit aussi accepter pleinement sa modernité.

 

Tag(s) : #ESSAI, #QUÉBECOIS