Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

*Merci aux Éditions Septentrion, particulièrement à Jane Ferland qui m'a permis de faire une lecture de presse pour le documentaire L'immigration des Belges au Québec d'André Vermeirre*

-L'Immigration des Belges au Québec, André Vermeirre
-Éditions Septentrion – 2001, 206 pages

-Documentaire, immigration, émigration, Belgique, Québec, démographie, statistique.
 

Le commentaire de Martine Lévesque :

Je tiens à vous aviser que ce livre est rempli d'information fort intéressante sur la venue des Belges en territoire québécois de 1870 à ce jour.
En dépit de leur nombre peu élevé et de leur dispersion à travers la province, les Belges ont contribué de manière significative au développement économique, culturel et social du Québec. Les premiers immigrants belges sont en majorité d'origine flamande et s'établissent dans les régions agricoles. Les Belges constituent une nation composée de deux principales communautés ethnolinguistiques : les Flamands, qui habitent le Nord et l'Ouest de la Belgique et dont la langue est le néerlandais, et les Wallons, qui habitent le Sud de la Belgique et qui parlent français.
Les Wallons s'établissent surtout au Québec et dans les communautés francophones du Canada, où ils s'identifient à la culture sociale et politique des Québécois. La population flamande, plus importante, s'identifie plus volontiers aux communautés anglophones.
Missionnaires, éducateurs, industriels, politiciens, syndicalistes, musiciens et artistes, les Belges ont contribué à l'évolution du Québec dans plusieurs domaines.
À la différence de beaucoup de pays européens, la Belgique n'encourage pas ses citoyens à émigrer afin d'atténuer ses crises économiques, démographiques et sociales. Malgré cela, les sociétés de navigation telles que la Red Star Line, soutenues par le gouvernement de Bruxelles, offrent aux émigrants le transport subventionné. Une fois au Canada, des représentants surveillent les conditions d'établissements et l'exécution des ententes contractuelles.
Quatre grandes vagues d'immigration belge :
1. Durant l'agitation ouvrière en Wallonie et les tensions sociales dans les Flandres, pendant les années 1880. (fermiers)
2. Elle commence en 1896, est soutenue par un lien maritime direct avec Anvers en 1903 et par une nouvelle législation votée en 1906. (industrie laitière et industrie du sucre)
3. Après la Première Guerre mondiale, plus de 14 000 immigrants arrivent, recrutés principalement par les compagnies ferroviaires, les manufacturiers de betterave sucrière et les compagnies de tabac.
4. De 1945 à 1990, voient la majorité des nouveaux arrivants s'installer dans les centres urbains ou encore dans les communautés déjà fondées par leurs prédécesseurs. (travailleurs spécialisés, en biotechnologie, en aéronautique et en informatique)
Nous retrouvons les Belges ou leurs descendants aujourd'hui, dans différentes sphères : économiques, éducatives, culturelles, religieuses, sociales et communautaires. Je conclus ma lecture en étant beaucoup plus documentée sur les provenances et les implications de la population immigrante des Belges sur la terre des Québécois.

Résumé :
Chocolatiers, restaurateurs, cultivateurs, ingénieurs ou encore hommes d’affaires, les Belges se fondent dans le décor québécois. À l’aube de ce troisième millénaire, l’opinion publique les ignore encore, d’autant plus que ce sont des ressortissants des régions extérieures à l’Europe occidentale qui occupent maintenant l’avant-scène de l’immigration québécoise.

André Vermeirre est à la recherche de ces immigrants qui ont pourtant contribué à l’épanouissement de la société québécoise depuis plusieurs siècles. Au-delà d’une approche historique, il s’attache au destin de quelques personnages pour tenter de cerner une identité propre à ces « Québécois “ pure laine ” ... tissés avec de la laine belge ! »

Tag(s) : #DOCUMENTAIRE, #IMMIGRATION, #STATISTIQUE