Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

*Merci aux Éditions Sonatine ainsi qu'à Céline d'Interforum, pour m'avoir donné l'opportunité de lire ce thriller en service de presse*

 

-L'Affaire Isobel Vine

-Tony Cavanaugh

-Éditions Sonatine, distribué par Interforum

-416 pages

-Enquête policière, thriller, drogue, corruption

Le commentaire de Lynda :

Ce policier qui n'accepte pas d'avoir échoué dans une enquête sur un tueur en série, décide de se retirer, et de s'éloigner de tout, mais sa retraite ne dure pas longtemps. Le commissaire sur le point de céder son poste, le rejoint et lui demande son aide pour blanchir la réputation du futur commissaire de police.
Celui-ci a avoué, qu'il a fait quelque chose, il y a 20 ans, qui pourrait entacher sa réputation. Darrian Richards n'a pas d'autres options que de sortir de sa retraite, pour refaire une enquête policière qui a été trop rapidement réglée, on laisse supposer un suicide.
Par contre, la jeune femme Isobel Vine, a participé à une dernière soirée, entourée de quelques jeunes recrues de la police.
Pas évident d'ouvrir une enquête qui s'est passée il y a très longtemps, et encore moins quand les policiers même pourraient être impliqué.
Une enquête comme je les aime, on ne peut pas connaître le dénouement avant la fin, et c'est ce qui fait qu'une fois commencée la lecture de ce livre, on ne veut plus arrêter avant de savoir la fin.
Le personnage de Darrian Richards, est super, un flic qui n'a pas peur de brasser les choses, et peu importe s'il dérange les criminels, les dirigeants ou même les policiers qui sont croches. Un flic avec une attitude, un peu spéciale. C'est une tête de mule, qui ira au fond des choses, peu importe les vagues qu'il va créer.
Tout au long du livre, on passe de l'époque du meurtre à aujourd'hui. Retour en arrière nécessaire, pour nous faire comprendre, mais surtout amener le lecteur à l'endroit exact ou l'auteur veux nous mener, et je dois dire qu'il réussit très bien, offrant une fin qui nous coupe le souffle, mais qui laisse planer un doute, sur une possible suite.
Tony Cavanaugh, n'en est pas à son premier roman, par contre, c'est le premier qui a été traduit, et je suis certaine, que d'autres romans suivront.
Il a une plume superbe, un pouvoir pour nous accrocher et nous empêcher de fermer ce bouquin et nous faire vivre ce petit frisson que nous aimons tant, quand nous sommes dans un thriller ! N'hésitez pas, il faut lire ce roman policier, vous n'aurez aucun regret, par contre, frissons garantis.

 

 

Résumé :

Pour n’importe quel passant, les rues, les places, les jardins de Melbourne possèdent un charme certain. Pour Darian Richards, chacun de ces lieux évoque une planque, un trafic de drogue, un drame, un suicide, un meurtre. Lassé de voir son existence ainsi définie par le crime, et uniquement par le crime, il a décidé, après seize ans à la tête de la brigade des homicides, de passer à autre chose. Une vie solitaire, plus contemplative.

Il accepte néanmoins de sortir de sa retraite par amitié pour le chef de la police qui lui demande de disculper son futur successeur, en proie à des rumeurs relatives à une ancienne affaire : en 1990, après une fête donnée chez elle, on a retrouvé le corps sans vie de la jeune Isobel Vine. Suicide, accident, meurtre ? L’enquête fut d’autant plus délicate que quatre jeunes flics participaient à cette soirée. Elle fut classée sans suite, mais le doute persiste sur ce qui s’est réellement passé.
Reprendre des investigations vingt-cinq ans après les faits n’est jamais une partie de plaisir, surtout quand l’affaire concerne de près la police. Les obstacles ne manquent pas. C’est sans compter sur le caractère obstiné, rebelle et indiscipliné de Darian Richards et sur sa fâcheuse habitude à porter davantage d’attention et de respect aux morts qu’aux vivants. L’enquête rythmée de nombreux rebondissements va peu à peu l’amener aux frontières du bien et du mal, de la vérité et du mensonge, et Richards y perdra peut-être ses dernières illusions.

Une description rarement vue des rouages policiers. Une ville, Melbourne, personnage à part entière du roman. Une intrigue captivante. Et un antihéros plein de blessures intimes, misanthrope et obstiné, que l’on a envie de retrouver à peine la dernière page tournée.

Tag(s) : #POLICIER, #THRILLER, #DROGUE, #CORRUPTION

Partager cet article

Repost 0