Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

*Je tiens à remercier pour sa générosité et son implication comme auteure-partenaire,  Marjolaine Bouchard,  qui m'a permis de faire une lecture de presse de son nouveau roman.*

-Les portes du couvent, tome 1 : Tête brûlée 
-Marjolaine Bouchard
-Les éditeurs réunis - 2017 
-360 pages 
-Saga familiale, histoire de famille, religieuses, couvent, enseignement, tragédie, orpheline, littérature québécoise 

Le commentaire de Martine :
Je viens de terminer un premier tome assez attrayant, il a suscité un grand intérêt, alors je compte les jours avant la sortie du deuxième tome. J'avais déjà lu quelques romans de Marjolaine Bouchard, elle a un don inouï pour m'intéresser dès les premières pages de ces histoires. Et avec le tome,  Tête brûlée de cette saga, elle a toujours cette attraction sur moi. Et dès que je commence à lire ses romans, je ne peux les mettre de côté, ce qui s'est produit encore cette fois. 
Les portes du couvent se déroulent dans les années 50 au Québec. Nous sommes la plupart du temps, dans l'imagination d'une petite fille de cinq ans Flora, qui habite avec sa tante et son oncle, qui l'héberge depuis un drame vécu par sa famille. 
Elle se retrouve au couvent, où elle vit avec les Sœurs du Bon Conseil qui deviendront ses éducatrices, Flora loge avec les religieuses au couvent ainsi, qu'avec d'autres jeunes filles. Elle fait la connaissance de différentes personnalités chez les jeunes, et aussi chez les religieuses. Ses religieuses lui donnent un enseignement scolaire, religieux,  sans oublier les bonnes manières pour une jeune fille. 
Sœur Irène qui vit un gros questionnement avant de prononcer ses vœux se lie d'amitié avec Flora, malgré leur différence d'âge, elles se ressemblent beaucoup. Dans ce roman, Marjolaine Bouchard a écrit une fiction qui touche à la culture, à la vie de famille, à une tragédie. Cette histoire marie la religion, la cachotterie et l'envie. Elle touche aussi l'introspection, le questionnement, la foi, la place de la religion, etc. 
En 2017, c'est audacieux pour une auteure de voir mettre sur la scène de son roman, violence, religion, communauté religieuse, soin psychiatrique. C'est ce qui m'attire dans la bibliographie de cette auteure, c'est le travail derrière ses romans, c'est la voix haute pour des héritages que l'on a mis de côté, c'est une plume qui coule comme une rivière, la construction de personnages attachants et marquants, une proximité entre l'auteure et son lecteur. Je vous recommande ce début de la série Les portes du couvent, qui fut un énorme coup de cœur. 

Résumé : 
1946. Flora Blackburn, une enfant de cinq ans à l’imagination fertile, est envoyée chez sa tante Blanche à la suite du feu qui a dévasté la ferme familiale. Elle se remet difficilement de cette tragédie qui a emporté ses six soeurs et son père. Au couvent des Soeurs du Bon-Conseil où Blanche l’a inscrite, elle se démarque de sa cousine, la studieuse et orgueilleuse Jeanne. Si elle se forge une réputation de « tête brûlée » auprès des religieuses, la fillette trouve toutefois de fidèles alliées en soeur Irène, qui cultive son talent pour la musique, et en sa meilleure amie Simone, qui semble pourvue de dons de divination. Tandis que soeur Irène se prépare à prononcer ses voeux perpétuels et que son attachement particulier envers sa jeune protégée lui attire des reproches, Simone prédit qu’un des membres de la famille Blackburn viendra chercher Flora. S’agirait-il de son grand frère bien-aimé ou de sa mère, qui avaient tous deux quitté la maison avant la nuit fatidique ? Pour Flora, qui n’a plus rien à perdre, tous les espoirs sont permis…

Tag(s) : #SAGA FAMILIALE, #COUVENT, #ENSEIGNEMENT, #QUÉBECOIS

Partager cet article

Repost 0