Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

*Je tiens à remercier Marie-Julie Flagothier qui m'a permis de recevoir cet exemplaire pour une lecture de presse.*

-Moebius 154 
-Mais l'ennui nous prend parfois par surprise, comme une mélancolie, le retour de cet antique -amour du réel. 
-Collectif dirigé par Jean-Philippe Michaud & Chloé Savoie-Bernard 
-Moebius – 2017 

-Revue, de nouvelles, suites poétiques, textes.

Le commentaire de Martine : 
Un recueil de seize textes assez incroyables, c'est certain que je les ai aimés, mais certains ont retenu mon attention un peu plus.  Tous des écrivains inconnus sauf Nicholas Giguère que je découvrais il y a quelques mois avec son premier roman-poème. Alors, je m'apprêtais à connaître de nouvelles plumes. 
Quand on lit un ouvrage collectif, on démystifie plein de décors, de sensibilité, d'émotions différentes dans chacun des textes. Je peux vous dire que Lettre au Père Noël m'ont extirpé quelques rictus sûrs avec la liste que Nicholas Giguère a demandée au Père Noël. Kareen Martel avec Le goût des heures sombres m'a conquis par sa beauté, la poésie de cette auteure lue à la brunante m'a vraiment interpellé. Que le temps d'enlever ma robe de Laurence Pelletier me donne le goût de lire Christine Argot pour relire le texte de Laurence Pelletier après la lecture de ce texte, je veux découvrir Christine Argot. 
J'arrive à partager mon coup de cœur, qui je pense que d'autres auront un coup de coeur aussi, Dans les retailles de Camille Readman Prud'homme, j'ai ressenti une résonance intense émanant de sa plume, de sa poésie et de la couleur que son texte dégage. 
Une lecture enrichissante avec des découvertes qui viennent enrichir mon intérêt vers la poésie tout en dégageant un recueil poétique qui dans sa pluralité libère une abondance féconde d'admirables révélations de talents divers. 
Note: "Le thème est une phrase tirée de Nicolas Lévesque et Catherine Mavrikakis dans Ce que dit l'écorce, Montréal, Nota Bene, 2014, p.76."  


Résumé : 

C’est dans l’heure bleue des choses que nous vous convions pour ce numéro, au moment de la journée où Saturne nous fait baigner dans une lumière qui n’appartient plus tout à fait au jour, ni tout à fait à la nuit. L’ennui est-il l’occasion de retrouver dans le réel un éclat de vie qui nous aurait échappé dans le temps? Dans la langueur de ce moment, sans doute sommes-nous plus prompts à nous laisser prendre. Mis en scène, l’ennui peut aussi nous ravir en sursaut. Faire un pas de côté vers la mélancolie, laisser errer son âme l’instant de retomber, peut-être, amoureux du présent. Dans cet entre-deux temporel, nous avons les pieds sur un tremplin qui peut nous mener au mieux comme au pire, avec devant les yeux l’encre de la mélancolie, et la perte comme moteur.

Tag(s) : #REVUE, #NOUVELLES, #SUITE POÉTIQUE, #TEXTES

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :