Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

*Je tiens à remercier les éditions Grasset et les éditions Hachette Canada pour ce service de presse.*

-Tous les âges me diront bienheureuse 
-Emmanuelle Caron 
-Éditions Grasset – 2017, distribué par Hachette
-270 pages 
-Récit, Russie, ogre, tragédie, mafia, assassin, guerre civile. 

Le commentaire de Martine : 
Emmanuelle Caron a tricoté un lien entre des femmes qui ont vécu sous la terreur rouge de la Russie. Elle déploie une vaste fresque familiale et historique qui nous ramène notamment à la Révolution russe de 1917. 
Eva cherche la vérité sur sa grand-mère Ilona Serginski, qui devient de plus en plus confuse, cette vieille dame en proie à un délire. Elle parle un langage très difficile qui n'est pas du français qui pourrait rassembler à du russe. 
Que veut-elle dire ? 
Que veut-elle transmettre à Eva ? 
Ilona est à la porte de la mort et elle veut confesser sa vie entière de fuite et de péché, d'amour et de mort, Eva va approcher un prêtre, Siméon qui deviendra le confesseur et l'interprète de cette femme. 
Emmanuelle Caron a un réellement un talent pour nous raconter une histoire, où nous n'arrivons pas à savoir où se sépare la réalité de la fiction. La plus grande créatrice d'illusion, ici, est l'auteure qui dirige ses personnages comme une marionnettiste, change leur destin, les mène d'une ville à l'autre, organise leur vie et leur mort, à leur corps défendant. 
Quelle est, la vérité dissimulerait ce roman. Celle de la maternité physique ou spirituelle. La lignée de femmes créée par Emmanuelle Caron, mère, fille, petite-fille éclaire le lien profond, qui existe entre les générations, celui de la transmission. Cette histoire m'a surprise, le style de l'auteur lui a donné encore plus de valeur par sa finesse, sa justesse et sa simplicité. 
C'est une étonnante découverte, ce premier roman destiné aux adultes, écrit par Emmanuelle Caron. Ce roman fait partie de ceux pour lesquels j'ai envie de vous dire : aller lisez-le. 


Résumé : 
Qui est Ilona Serginski ? Qui est cette vieille femme, que sa petite fille, Eva, croit si bien connaître, et qui vit recluse dans une maison de retraite bretonne ? Aux portes de la mort, Ilona se met à parler une langue inconnue et réclame un prêtre pour confesser les crimes d’une existence dont il apparaît soudain que personne n’a démêlé les secrets. D’où vient-elle vraiment, quelle est son histoire ? 
Pour y répondre, il faudra plonger dans les replis de la tragédie russe et soviétique, et suivre la lignée d’Ilona, depuis les remous de la guerre civile en 1917, jusqu’à aujourd’hui. Traversant tous les âges, Ilona sera tour à tour la fille adorée d’un assassin, l’idole prostituée d’un ogre mafieux et la mère sacrifiée d’une enfant trop brillante. 
Ce premier roman dévoile le destin d’une femme, emblème de son siècle passionné et violent.

Tag(s) : #RÉCITS, #RUSSIE, #OGRE, #TRAGÉDIE, #MAFIA, #ASSASSIN, #GUERRE CIVILE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :