Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

-Albertine: Tuée à Buchenwald
-Joëlle Crepet
-Passion du livre édition
-342 pages
-Roman témoignage, guerre, Allemand, 


*Je voudrais remercier les éditions Passion du livre et tout spécialement Marika communications pour m’avoir permis de lire cet excellent livre en lecture de presse*

*Passion du livre Éditions*

*Amazon France*

*Marika Communications*

Le commentaire de Céline :
Wow ! Quel livre que je viens de lire ! Albertine, qui est une toute jeune fille, succombera au désir de son copain. Mais, malheureusement, il la laissera tomber lorsqu’il apprendra qu’elle est enceinte. Rejetée par ses parents, elle sera placée dans une maison comme bonne à tout faire. Elle accouchera seule dans un hôpital pour les filles-mères et les prostituées. Mais par bonheur, son ancien patron aura pitié d’elle. Il lui offrira un emploi dans son cabinet d’avocats. En plus de lui trouver du travail, il lui trouvera un logement. Elle trouvera en Juliette, une personne qui acceptera de garder Marie-Thérèse en plus de trouver une amie. Elle acceptera aussi d’héberger Louisette, une femme battue qui deviendra au fil du temps presqu’une sœur. Malgré son statut de fille-mère, elle retrouvera l’amour. Mais son bonheur sera de courte durée! Elle devra être amputée d’une jambe et perdra la garde de sa fille et son fiancé devra partir en guerre. Il en faudra plus à Albertine, car elle est une femme super courageuse, elle servira dans la résistance pour aider son pays au détriment de sa vie. Ouf!! Je vous dis qu’il y a des bouts qui ne sont pas faciles. Joëlle Crepet par son excellent livre a voulu rendre hommage à sa grand-maman qu’elle n’a malheureusement pas connue. Une femme qui malgré la dureté de la vie, a réussi l’exploit de surmonter les difficiles épreuves. Un roman choc que je vous invite à vous procurer sans hésitation pour découvrir la femme merveilleuse qu’était Albertine.

Résumé :
Déportée, Albertine est morte le 11 janvier 1943. Le convoi appelé plus tard « nuit et brouillard » semble coïncider avec la date de sa mort.

Albertine vivait à Charroux et elle s’est retrouvée « fille-mère » comme l’on disait, ceci dans une famille bourgeoise ce qui était un crime et une honte à cette époque.

Elle a été chassée de chez ses parents et le bébé né (une fille), Albertine a signé un papier d’abandon. Ces années-là il n’était guère facile de trouver sa place dans la société en tant que mère célibataire.

Amputée d’une jambe, Albertine s’est lancée dans la résistance en pensant qu’une handicapée passerait à travers « les mailles du filet » ce qui n’a malheureusement pas été le cas.

Tag(s) : #ROMAN TÉMOIGNAGE, #GUERRE, #ALLEMAND