Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

-Alabama

-Alexis Arend

-Auto-éditions, 2020

-317 pages

-Roman policier, thriller, dramatique, tolérance, racisme, esclavagisme, ségrégation

 

*Je tiens à remercier l’auteur Alexis Arend pour ce service de presse*

 

*Amazon FR***Amazon CA*

*Alexis Arend, auteur(FB)*

Le commentaire de Martine : COUP DE COEUR!

Permettez-moi de dire dès le départ “my god”, Alexis Arend prend tellement de maturité dans chacune de ses publications. Alabama débute lors de l’enterrement de l’auteur Trent P. Chestwood, où Will et Lyndsay sont invités, mais pourquoi, ils ne connaissent pas cet écrivain personnellement. À la fin des funérailles, les enfants de M. Chestwood vont remettre au couple une lettre et un manuscrit signé de leur père. 
Je veux vous dire que c’est difficile de mettre les mots exacts sur ce que j’ai ressentie durant ma lecture de ce récit percutant. Ce récit Alabama, est une histoire qui décrit les conséquences ou histoires horrifiques du racisme, de la ségrégation, de l’esclavage que j’ai entendu. C’est un roman qui nous transporte dans le passé de Will, ce récit est les mémoires de Trent P. Chestwood qui a été le meilleur ami d’un ancêtre noir.
Une lecture que l’on dévore, qui est addictive, elle nous hante tellement cette histoire est impressionnante. On remonte les événements du passé, qui ont été marqué par les différences, par ce racisme, par la ségrégation, des pensées presque normales pour l'époque, mais avec la lumière et le développement du sentiment de vouloir changer les choses.
Les hommes, sont profondément bons, humains et altruistes. Un beau récit qui est une aventure, un voyage à nous couper le souffle.
Alexis Arend démontre une belle sensibilité, avec humilité et sincérité pour ce sujet aussi sensible présentement. En nous amenant dans les années 60, en Alabama ou la ségrégation est présente partout dans l’état. En 1955, le mouvement initié par Martin Luther-King et Rosa Parks contre la ségrégation raciale, a débuté dans l’Alabama. L’auteur soulève la pauvreté, le racisme, le Ku Klux Klan, l’esclavagisme, les différences, etc. Avec tout le talent qu’il détient, Alexis Arend a un don immense dans l’art pour raconter l'histoire et donner au lecteur, la place de témoin, c’est pour toute la grandeur de sa plume et du sujet choisi que j’ai ressenti un coup de cœur pour ce roman. 
Je vous le recommande sans hésitation, rappelons-nous Martin Luther King qui décrétait “ I have a dram”, offrez-vous un récit rempli d’amour, d’espoir, d’ouverture et de tolérance.

 

Résumé :

« Que Dieu me pardonne, je détestais l'Alabama. Je le haïssais !
L'Alabama était le pays où toute la misère du monde avait choisi d'élire domicile. C'était le pays où se donnaient rendez-vous toutes les haines, toutes les iniquités, toutes les bassesses humaines. Aucune région du globe ne mettait un tel point d'honneur à annihiler la vie d'un homme, à le rabaisser, à lui faire courber l'échine jusqu'à le contraindre à ramper à terre, éreinté, vaincu.
Et, pour tous ceux dont le malheur était de ne pas avoir la peau claire, l'Alabama était tout cela aussi, en pire. Pour eux, il déployait tout son ignoble talent, il déchaînait toute sa noirceur contenue, toute sa dureté réfrénée. Oh oui ! Pour eux, l'Alabama se surpassait.
« Il n'y a rien de pire au monde, ni de plus éprouvant pour un homme, que d'être pauvre. Excepté le fait d'être un nègre, naturellement » , disait mon père.
Ô combien il avait raison ! »

 

Tag(s) : #POLICIER, #THRILLER, #DRAMATIQUE, #TOLÉRANCE, #RACISME, #ESCLAVAGISME, #SÉGRÉGATION, #AUTO-ÉDITIONS, #COUP DE COEUR