Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

*Je tiens à remercier Jane Ferland des éditions Septentrion de me permettre de faire une lecture de presse avec ce recueil de textes*

-Histoires centricoises
-Jean-Pierre April
-Éditions Septentrion / Collection Hamac – 2017
-166 pages
-Recueil de textes, amour, innocence, sensualité, littérature québécoise

 

Le commentaire de Martine :
Quelle bonne chronologie que nous offre Jean-Pierre April dans son recueil de textes qui débutent dans les années 50 pour se conclure dans le futur.
Sans compromis, les beautés de ses nouvelles sont pour moi, une grand-mère qui a de la misère a quitté la terre malgré l'usure de son propre corps. La perte de l'innocence d'un jeune garçon à cause de l'insouciance de son père qui utilise les tromperies, les menteries et les magouilles pour arriver à ses fins. Le sourire et le calme perdu lors d'un accident qui coûte les membres inférieurs d'une jeune fille en même temps que son amour de jeunesse, seront retrouvé avec l'offre d'un cadeau inestimable de l'homme qui partage sa vie présente. La nostalgie d'un amour passé, la rupture en délaissant les souvenirs qui s'effritent petit à petit. Le retour de l'amour qui ramène un sourire aux lèvres des anciens amants, et le départ afin de passer à autre chose, se laisser aller chacun de son côté.
Jean-Pierre April va écrire les perversités, les incompréhensions, les pertes et les deuils que la société porte. Dans une écriture franche, sans fioritures, de beaux textes très captivants. Une belle lecture d'hiver qui met de la chaleur dans le cœur.


Résumé :
Au Centre-du-Québec, des enfants connaissent des expériences déterminantes sur plusieurs aspects de la vie. En 1948, Pierrot assiste aux funérailles de sa grand-mère; il l'accompagne dans un «escalator d'or» qui les conduira au ciel. À Drummondville, en 1959, un écolier soupçonne son père d'avoir une relation sexuelle avec une mineure. En septembre 2001, un jeunot découvre l'effondrement du World Trade Center, dont chaque étage contient autant de gens que son village. En 2048, dans une forêt artificielle, un adulescent tente d'échapper à l'emprise de son père qui avait engagé plusieurs «mères professionnelles» pour l'élever. Des adultes vivent une sexualité tragique ou réjouissante. Un professeur de danse espionne des femmes qui se déshabillent. Un homme revoit sa première amoureuse; il l'avait abandonnée à la suite du grave accident qui l'avait handicapée. En pleine nature, un couple se livre à des ébats torrides avant de se quitter amicalement.

Tag(s) : #RECUEIL, #AMOUR, #QUÉBECOIS