Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

-De vies à trépas - L'immortalité passe par la mort 
-Marc Chiny 
-Auto-édition, 2018 
-522 pages 
-Roman fantastique, romance, paranormal, uchronie 

*Je remercie l'auteur Marc Chiny de m'avoir permis de lire son roman en service de presse*

AMAZON FRANCE:  ICI
AMAZON CANADA: ICI

Le commentaire de Martine : 
Ce roman se déroule sur deux tableaux entre les années 1648 et 1979, en alternance par chapitre avec une histoire très extraordinaire, qui nous parle de résurrection et de la mort, tout en axant sur l'emprunt de corps. Un roman qui se présente en alternance continuellement ce qui le rend très dynamique et actif et ce qui donne automatiquement un rythme à l'histoire. Le thème de l'immortalité est présent tout le long de ce récit avec ses points positifs et ses limites aussi, et tout ce que comporte cette notion de la vie qui perdure après la mort. 
Dans ce roman, nous allons suivre Guichen et sa femme Alazacis, ce couple s'aime d'un amour très fort, mais une confrérie va les séparer et les tués. Et l'histoire contemporaine nous présente Sophie jeune femme qui dans un coma, et Guishen va s'investir dans son corps, mais avant de prendre possession du corps de Sophie, on a vu Guishen qui va se réincarner en Ugo herboriste, puis en Emrys, entre autres. Chacun apporte un approfondissement à l'esprit de Guishen au cours de chaque survivance de l'esprit, de l'âme ou de la conscience de Guishen. Tout ce parcours de Guishen est motivé par son désir de retrouver et de vivre avec sa femme, ces deux êtres follement amoureux vont-ils arriver à se rencontrer à nouveau et vivre paisiblement leur Amour ? 
Quels seront les impacts de ces possessions différentes de corps sur leurs âmes ? 
Ce phénomène de l'immortalité nous tient tout au long de ce roman. 
Marc Chiny réussit à garder son lecteur accroché à son récit, il a sûrement fait un travail colossal de recherche pour les lieux, la botanique, le thème de l'immortalité, la vie après la mort, des développements psychologiques de ses personnages. Les personnages, justement, sont tous aussi attachants les uns que les autres, une autre réussite du roman. Le suspense et la romance gardent un équilibre à ce récit fantastique et passionnant. Je vous invite à lire ce début de saga qui risque de vous embarquer dans l'imagination de Marc Chiny qui nous enivre du premier mot au dernier. 
Bonne lecture à tous ceux et celles qui oseront. 

Résumé : 
LORSQU’ON MEURT, C’EST TOUJOURS POUR UN SACRÉ BOUT DE TEMPS ! 
Malheur à moi, je ne meurs jamais longtemps. 
En 1648, une sombre confrérie nous assassina ma femme et moi, ou plutôt nos corps. De Guíshen, huguenot et humble herboriste, je suis devenu un être désincarné et je m’approprie une enveloppe après l’autre ; et surtout dans le coma. Depuis, ces sorciers-serpents me poursuivent et, parfois, me retrouvent. Alors, je remeurs. Je suppose que ma douce Alazacis doit subir la même malédiction. 
Je n’ai de cesse de parcourir le monde pour apprendre à me protéger ou à éviter nos assassins. D’Espagne, je suis allé en Angleterre rencontrer Isaac Newton puis, en Chine centrale, j’ai étudié la sagesse bouddhiste et les arts martiaux Shaolin. 

Après chaque trépas, j’usurpe des corps masculins sans pour autant te retrouver, Alazacis. Oh, comme je me languis de toi. Aujourd’hui — en l’an de grâce 1979 —, je suis entre le trépas et une autre vie. Alazacis, cela fait plus de 330 ans que je te recherche et me voici dans cette clinique où se trouve la seule personne dans le coma à des dizaines de lieues à la ronde. 
Une jeune femme. 
Quelle misère, cette unique enveloppe à disposition ! Je ne m’empare que des corps d’hommes en léthargie. 
Pourrais-je ramener cette femme à la vie et me l’approprier sans scrupules ? Ai-je le choix ?

Tag(s) : #FANTASTIQUE, #ROMANCE, #PARANORMAL, #UCHRONIE, #AUTO-ÉDITION