Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

-Le bâtisseur d'épaves 
-Robert Deschênes 
-Evidence Editions – Collections Électrons libres - 2018 
-240 pages 
-Roman

*Je tiens à remercier Evidence Editions pour ce service de presse
*

ÉVIDENCE ÉDITIONS: ICI

Le commentaire de Martine : 
Un récit qui nous amène dans les aléas des souvenirs de Jacques Le Majeur, cet homme qui relate l'histoire de sa propre vie, sa vie d'enfants avec ses parents et sa famille, sa vie d'adulte qui poursuit sa vie après une enfance assez tordue. Jacques Le Majeur dans sa narration nous démontre sa créativité, ses sentiments, ses problèmes relationnels et sociaux. 
On apprend tellement sur lui, durant ses séances chez la psychologue puisque c'est l'endroit qui le confronte avec ses lacunes, ses désirs, ses besoins, ses manquements, etc. Cet homme qui est un chercheur qui est en quête de plaisirs, de sérénité, de réponses, d'amour, etc. Une quête de sens et d'initiation à une vie paisible et sereine, est-ce qu'un jour Jacques Le Majeur va atteindre ce nirvana de sens. 
L'auteur Robert Deschênes a bien réussi la narration de ce roman puisque certains moments, on a l'impression de faire une intrusion dans la vie personnelle de l'auteur. Très bien écrit, avec quelques intermèdes de poésies, de séances de psychologie, des moments de créativité et de moments intimes. C'est une lecture qui fait réfléchir sur son propre cheminement, une lecture à déguster et à approfondir. 
Je tiens à vous dire que la couverture est ravissante et exprime bien ce qui suit dans ce roman.

Résumé : 
Pourquoi Jacques le Majeur s’assure-t-il de ne pas être suivi lorsqu’il sort de l'édifice Cadbury en ce dimanche du 6 novembre, coiffé d'une perruque blonde et vêtu d'un grand manteau sombre ? 
Pourquoi a-t-il les nerfs à vif lorsqu’il place sur le siège arrière de la Toyota un tableau vierge ? 
Il est pourtant un habitué des dimanches de « peinture en direct » aux Foufounes Électrique. Qui sont ces gens qui le poursuivent ? 
Au moment où le pinceau prend contact avec la toile, tout ce qui semblait faire la queue à l’entrée de son cerveau lui apparaît en un défilé de souvenirs et toute sa vie monte en lui. Il redécouvre alors ses amis d’enfance, ses femmes, sa mère, son père, ses amours perdues ; il revit sa rencontre avec Eko. Transporté chez sa psychologue, il revoit sa vie et se sent happé par le manque, l’absence, le vide, le néant tellement c’est grand, tellement grand que tout ce qui y vit est aveuglant. Étant trop présent à lui-même pour désirer s’y perdre, Jacques s’y voit mourir, car il y a à l’intérieur, intégrée à son désir, à sa grande soif, une lumière trop violente pour contenir toutes ses questions. 
Mais qui est Eko et pourquoi disparaît-elle du jour au lendemain ?

Tag(s) : #NOUVELLES