Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

-Naître et mourir à chaque instant
-Paul Rameau
-Éditions LC
-215 pages
-Roman dramatique, quête, humour

*Merci au Éditions LC pour m'avoir donné l'opportunité de lire ce roman en service de presse*

LES ÉDITIONS LC: ICI
AMAZON FRANCE: ICI

Le commentaire de Nathalie :
Un roman différent.
Un homme mourant du nom de Quersin, relate des morceaux de sa vie, d'événements et de personnes qui vivent dans le même immeuble que lui.
Immeuble qui doit être démoli.
Parfois tendre, parfois drôle, parfois triste et parfois loufoque.
Mais détrompez-vous ce roman n'est pas noir ou morose.
Non plusieurs petites surprises parfois même agréables.
C'est surtout un long monologue d'un homme sur son lit de mort sentant la fin…
Avec un brin de philosophie sur l'être humain en général et en particulier.
On devine même son amour pour une certaine Farluze qu'il aimerait bien revoir pour enfin lui déclamer sa flamme.
Lucidité ou divagation?
Rêve ou réalité?
Mort ou vivant?
Délite ou raison?
On doute ou on comprend…
Mais surtout, on philosophe avec lui sur la vie et la mort ...

J'ai bien aimé la plume de l'auteur avec un brin de philosophie, de sagesse face à la mort.
Un peu long par moment, mais la persévérance est de mise.
Merci à l'auteur de nous faire vivre un autre côté d'une fin de vie.

Résumé :
Un mourant en sursis, Quersin, nous relate ses tribulations dans un immeuble qu’il n’a jamais quitté, désormais voué à la démolition. Depuis que sa fin a échoué, une flamme l’anime : retrouver Farluze pour lui déclarer la sienne avant de s’éteindre. Elle s’est volatilisée après avoir longtemps veillé à sa survie. En quête de cet amour de loin, il croise de près Lœne, puis Clœne, fille de celle-ci. Elles disparaissent tour à tour au point qu’il se demande s’il ne les a pas éliminées, à moins qu’il les confonde avec Xernante. Cette dernière l’accompagne dans son entreprise ultime destinée à faire revenir l’absente. Pour l’accomplir, il recourt à l’assistance de Reberune, un démolisseur qui, ayant déserté son poste, prend le bâtiment pour un support d’écriture.

En ce vaisseau de béton enlisé dans un cosmos qui ne tourne plus rond, les certitudes de Quentin s’effondrent, balayées par le débit des mots, faisant osciller entre humour et désastre ce “déséquilibriste” au bord du vide.

Tag(s) : #ROMAN DRAMATIQUE, #QUÊTE, #HUMOUR