Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

-Recyclés
-Cetro
-Auto-édtion
-290 PAGES 
-Thriller, survie, auto-édition


*Merci à Cetro pour m'avoir donné l'opportunité de lire ce merveilleux roman en service de presse*

AMAZON FRANCE: ICI
AMAZON CANADA: ICI

Le commentaire de Nathalie :
Dès les premières pages, j'ai été absorbé par le ton de l'auteur....
Une écriture tranchante mais juste. Il nous raconte ce qu'est la perte de son identité, le fait d'être rayé de la carte et même pour certains n'être RIEN … 
L'auteur nous touche là où ça fait mal, ce que l'on refuse de voir.
Malgré la noirceur, le drame et les atrocités les gens de ce bidonville vivent de solidarité, d'entraide, d'amour et de compassion .. Choses qui nous manquent très souvent à nous.
Un thriller percutant, mais tellement captivant qu'on ne peut pas abandonner avant la fin.

D'un côté : il y a les méchants hommes en noir et la pire femme de la terre qui veulent nettoyer la ville de ses déchets , vidanges ou même sous-espèces de la société...
D'une façon pas tellement orthodoxe..

De l'autre côté : il y a une communauté établie dans une décharge, (avec comme les gens d'en haut, les nommes, les rebuts que la société rejette.) 
Malgré tout, ces gens, ces hommes, femmes et enfants, et même renardeaux sont tissés très serrés, attachants et attendrissants….
On y trouve de la tendresse, de l'amitié, de la poésie et de l'humour.
Choses qui font défaut au gens d'en haut…
On passe de la noirceur à plusieurs éclaircies.

Merci et encore merci à Cetro de nous faire réfléchir, parce que oui, ce roman nous entre dans le cœur et dans la tête pour toujours.
Il nous fait vivre un ouragan d'émotions.
Un roman , une histoire et des personnages que l'on ne peux plus oubliés.
ENCORE MERCI.


Résumé :
Oubliés.
Rejetés. 
Jetés.
Des gens sans importance, tombés un jour à la rue et dans la déchéance, animaux gênants et nuisibles aux yeux de la société.
Simples denrées périssables ou consommables jetables, auxquels on accorde la même place qu’aux ordures, ils suivent la même voie que les déchets produits en quantités astronomiques par l’organisme insatiable qu’est la mégalopole.
Gaspillage insensé, destruction de ce monde, tout se périme et se jette, tout lasse et s’abandonne pour finir entassé dans ce bourrier immonde, dans la décharge-monde.
À perte de vue s’étend un océan de déchets, alimenté en permanence par d’interminables caravanes de tombereaux aux ventres lourds et pleins, intarissables confluents et dégueulasses effluents qui se déversent ici en une ininterrompue affluence.
Les camions viennent vomir sur ce dépotoir, y dégueuler en abondance le fruit mal digéré de la consommation de masse.
Nouvel asile pour les plus démunis, nouvelle terre promise où tout est à nouveau possible sans le regard accusateur de ceux qui ont et qui possèdent, ils veulent à nouveau être, pousser dans ce terreau fertile sur lequel la vie va reprendre racine et les abandonnés se reconstruire.
Se réorganiser, retrouver fierté et vie sociale, ils recyclent à leur avantage ces excédents de production et font du gaspillage une bénédiction.
Tout se récupère et se revalorise, tout se mange ou s’utilise.
Et si aux yeux de certains les miséreux eux-mêmes avaient soudain une valeur marchande ?
Tourisme de la misère, impunité totale... le recyclage est en marche.

 

Tag(s) : #THRILLER, #SURVIE, #AUTO-ÉDITIONS, #NATHALIE C