Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

-Les naufragés du navire de pierre 
-Laurent Fréour 
-Incartade(s) Éditions 
-375 pages 
-Roman policier, suspense

*Merci à Incartade(s) Editions de m'avoir donné l’opportunité de lire ce livre en lecture de presse*

INCARTADE(S) ÉDITIONS: ICI
AMAZON FRANCE: ICI
AMAZON CANADA: ICI

Le commentaire de Cathy : 
Raphaël est, du matin au soir, assis sur un banc dans un parc de Nantes, ce qui lui vaut le surnom de chauffe caillou. Un après-midi, il fait la découverte d'un corps dans l'Erdre, la découverte de ce cadavre va lui faire se souvenir du premier mort qu'il avait découvert étant enfant lorsqu'il vivait au Congo. Jean-Pierre Vidal, depuis peu, revenu en métropole, va enquêter sur ce décès, l'enquête ne fait que commencer. Un roman intense, énormément de suspense, il m'a été impossible de trouver qui était le responsable de tout cela, j'ai été mené par le bout du nez tout le long et j'adore ça, à plusieurs moments, j'avais l'impression d'avoir découvert le coupable et non, l'auteur en avait décidé autrement. Le personnage de Raphaël est très attachant, j'ai aimé découvrir ses souvenirs en même temps que lui. Un roman policier qui m'a beaucoup plu, l'auteur a une plume très agréable, il n'a pas eu besoin de nous écrire des scènes sanguinolentes pour que son livre est de l'impact. Merci pour ce moment de lecture.


Résumé : 
En début d'après-midi, il se recroquevilla sur son navire de pierre. La petite boîte en fer d'Arthur serrée contre lui, il s'endormit. Doux souvenirs d'enfant. Il faisait la sieste sur la plage de Pointe-Noire. Puis, Malabar aboya. Le Chauffe Caillou sursauta et se redressa. Quelques mètres plus loin, penché au-dessus de l'Erdre, le chien tenait dans sa gueule un morceau d'étoffe. Il s'approcha et aperçut, coincée entre deux bateaux, une masse inerte. Un visage boursouflé dépassait de l'eau. Avec difficulté, il s'agenouilla. Deux yeux vitreux le fixaient. Brutalement, lui revint en mémoire son premier mort. Dans la rivière qui bordait la route de Conkouati au Congo, il avait déjà croisé pareil regard. Raz de marée, tempête intérieure. Raphaël perdit connaissance. Que s'est-il passé sur les bords de l'Erdre ? De retour en métropole, le capitaine Jean-Pierre Vidal enquête.

Tag(s) : #POLICIER, #SUSPENSE