Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

-Corps accords 
-Anne-Marie Gaignard 
-Éditions Le Robert, 2018 
-384 pages 
-Polar, roman noir 

*
Merci aux Éditions Le Robert, ainsi qu’à Martine Côté d’Interforum Canada, pour m’avoir donné l’opportunité de lire ce livre en service de presse*

ÉDITIONS LE ROBERT: ICI
INTERFORUM CANADA: ICI

Le commentaire de Lynda :
Une ancienne institutrice Mademoiselle Geneviève vit en maison de retraite, elle est retrouvée morte par l’infirmière. Elle est sans vie, elle a un morceau de tissu dans la bouche et une lettre rouge soulignée avec un point de suspension est inscrite dans sa main, on comprend avec ces indices qu’elle n’est pas morte naturellement. Donc l’enquête va débuter, cette enquête sera mouvementée et ressemble à un énorme puzzle qui nous donne des pièces petit à petit. 
C’est un terrain de l’enquête, on voit des enfants blessés par une institutrice froide et exigeante, qui a causé beaucoup de torts auprès de ses élèves. Leurs souvenirs négatifs sont encore bien purulents. L’innovation, ce sont les énigmes mathématiques insérées dans l’histoire. 
Ce thriller nous captive dès les premières pages, un polar haletant qui tient le lecteur très absorbé par le suspense qui s’installe tranquillement. La bonne réussite d’Anne-Marie Gaignard, c’est le côté psychologique qu’elle maîtrise très bien entre les personnages, soient les victimes et les bourreaux. Le summum est la finale de ce roman noir qui m’a tenu en haleine de pages en pages. 
Je vous recommande ce polar et pour ma part, ce fut une belle lecture et une découverte d’une auteure qui m’a vraiment envoûté. 

Résumé : 
On y retrouve les démons de l’auteure et les souffrances vécues sur les bancs de l’école, fantômes du passé qui ressurgissent au présent. 
« Ce soir, allongé dans mon lit, je suis mort de peur, mort dans ma tête et dans mon cœur. Je ne vis plus, je subis. J’ai trente-huit ans et je suis toujours là. Je n’ai plus goût à rien. Je ne ris plus, je ne dors plus. Je hais le monde, je voudrais mourir. » 
Cette terrible souffrance qui ronge Lucien est née insidieusement sur les bancs de l’école, 27 ans plus tôt. Madame Geneviève, son institutrice, avait mis au point une série de rituels sadiques pour l’humilier. Ses victimes se comptent d’ailleurs par dizaines et chacune a refait sa vie avec une rancune tenace envers la vieille maîtresse. Lorsque celle-ci est retrouvée morte dans sa chambre de l’EHPAD, Éric Javel, Capitaine de la Brigade de recherche, doit faire face aux fantômes vivaces d’un passé dé-composé.

Tag(s) : #POLAR, #ROMAN NOIR