Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

-Gwendy et la boîte à boutons 
-Stephen King & Richard Chizmar 
-Éditions Le livre de poche, 2018 
-160 pages 
-Nouvelle fantastique. 


*Je tiens à remercier Le livre de poche et Hachette Canada pour ce service de presse*

Le livre de Poche: ici
Hachette Canada: ici

Le commentaire de Martine : 
Gwendy, douze ans, elle parle des avertissements de s'engager avec des étrangers. Mais tout cela va au bord du chemin, alors que cet intrigant homme, vêtu de noir, lui parle à voix basse. Il semble savoir comment tirer de l'intérieur d'elle ces vrilles cachées de la vérité que personne d'autre ne sait. 
Comme le font souvent les bonnes nouvelles, Gwendy et la boîte à boutons réussit à nous captiver dès le début en instaurant des questions dans notre esprit. D'abord, les petites questions, qui mènent bien sûr à celles plus grandes, plus importantes. Les trucs de la vie, et les trucs de ... J'ai eu beaucoup d'interrogations qui me sont venu à l'esprit lorsque Gwendy me dirigeait sur le même chemin de questionnement qu'elle. Pourquoi cela m'a-t-il été donné ? Une telle boîte en bois pourrait-elle avoir un tel pouvoir ? Et que pourrait-il faire si j'appuyais sur ce petit bouton ? Qu'est-ce que ça ferait ? 
Ce qui fait peur dans cette histoire n'est pas tangible, ce que nous ne voyons pas. Ce qui fait peur dans cette histoire, c'est dans les ifs. Les possibilités auxquelles nous pensons, mais que nous ne connaissons pas très bien. Si Gwendy perd cette boîte, qu'est-ce qui pourrait arriver alors ? 
Gwendy sait qu'elle est la gardienne de la boîte à boutons. Ce qu'elle ne sait pas, c'est pourquoi M. Farris l'a faite ainsi. Il lui a dit qu'elle était différente. Huit boutons au-dessus de cette belle boîte en acajou. Un bouton pour chaque continent, plus un. Une traction cachée sur le côté révéla un chocolat magique, en forme de joli petit lapin, ce jour-là, Gwendy rencontra M. Farris au-dessus des marches du suicide. Un dollar en argent vierge de l’autre bout. De bonnes choses commencent à se passer pour Gwendy au cours des premiers jours qui suivent. Pourquoi ne pas aimer cette boîte ? 
Eh oui, chers lecteurs, nous nous retrouvons, encore une fois, à Castle Rock, dans le Maine. Le nom est assez familier pour les fans purs et durs. C'est le summum de l'inexplicable. 
Étonnamment, le style d'écriture est très simpliste, comme si c'était une lecture pour les lecteurs de pré-adolescents. Le message de l'histoire est tout sauf cela. C'est une nouvelle qui est écrite pour des lecteurs de différents âges, y compris moi-même. C'est une nouvelle juteuse présentée par Stephen King et Richard Chizmar. 
Je recommande certainement Gwendy et la boîte à boutons, à tous les lecteurs. C'est une escapade extrêmement créative dans l'esprit d'une jeune fille à qui il est possible de déboucher le vieux génie dans une bouteille. 

Résumé : 
Trois chemins permettent de gagner Castle View depuis la ville de Castle Rock : la Route 117, Pleasant Road et les Marches des suicidés. Comme tous les jours de cet été 1974, la jeune Gwendy Peterson a choisi les marches maintenues par des barres de fer solides qui font en zigzag l’ascension du flanc de la falaise. Lorsqu’elle arrive au sommet, un inconnu affublé d’un petit chapeau noir l’interpelle puis lui offre un drôle de cadeau : une boîte munie de deux manettes et sur laquelle sont disposés huit boutons de différentes couleurs. 
La vie de Gwendy va changer. Mais le veut-elle vraiment ? Et, surtout, sera-t-elle prête, le moment venu, à en payer le prix ? Tout cadeau n'a-t-il pas sa contrepartie ?

Tag(s) : #NOUVELLE FANTASTIQUE