Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

-Liberté surveillée

-Collectif sour la direction de Normand Baillargeon

-Leméac Éditeur

-272 pages

-Liberté d'expression, censure, collectif

*Merci à Leméac Éditeur pour m'avoir donné l'opportunité de faire cette lecture en service de presse*

Leméac Éditeur

Le commentaire de Lynda :

Cette lecture m’a surprise, je dois avouer que j’étais un peu craintive, en lisant le résumé, je trouvais que c’était un sujet sérieux, profond, et j’avais un peu peur de ne pas comprendre le sens de cette lecture. Et bien, je me suis trompée, effectivement, c’est un sujet sérieux, mis en contexte par différents auteurs et auteures, sur la liberté d’expression qui est brimée de bien des façons, et la censure de plus en plus présente, que se soit à la radio, télévision et médias sociaux, ces mêmes médias, qui selon ce qu’on peut lire dans ces essais, sont peut-être les pires de tous.
Tous les sujets, subissent ces censures, que se soit, le féminisme, les races, les genres tels qu'homosexualité, hétéro et transgenre, la politique, la démocratie, tout y passe sans exception.
À mon humble avis, c’est un cri d’alarme, je dirais probablement mieux un signal d’alarme que nous livrent ces auteurs et effectivement quand on s’y arrête, on se rend compte que oui la censure est installé partout, en politique, dans les universités, les livres, les spectacles, en fait partout, on consacre également plusieurs pages sur les réseaux sociaux, je dirais même plus LE principal réseau social.
Une lecture qui pousse à réfléchir, sur l’influence des réseaux sociaux dans notre liberté de s’exprimer. Écrit dans des mots qui nous sont accessibles, oui effectivement en fermant le livre sur la dernière page, on se demande, ce que nous avons encore le droit de dire et ce dans différents contextes et différentes situations.

 

 

 

Résumé :

La question de la liberté d’expression se pose de plus en plus, mais dans des contextes qui évoluent. La tentation de la censure n’est plus seulement l’apanage des institutions : elle s’est en quelque sorte privatisée. Les réseaux sociaux et les groupes de pression réclament avec une insistance grandissante que se taisent ceux qui les contredisent. La « cause » prend le pas sur le principe. Comment repenser alors la liberté d’expression, et pourquoi ?

Réuni.e.s sous la direction de Normand Baillargeon, onze auteur.e.s examinent la situation à travers les prismes divers de la conversation démocratique, du libéralisme économique, du féminisme et des identités de genre, en passant par le déclin de la liberté en milieu universitaire et par les différences essentielles entre le savoir et l’activisme.

Ce sont là des questionnements urgents puisque « la liberté d’expression et la liberté académique sont au nombre des piliers sur lesquels reposent la vie démocratique et la vie académique », écrit Normand Baillargeon.

 

Textes de Annie-Ève Collin, Diane Guilbault, Rhéa Jean, Jean-Marie Lafortune, Jocelyn Maclure, Siegfried L. Mathelet, Hans Poirier, Maryse Potvin, Michèle Sirois, Joseph Yvon Thériault et Pierre Trudel.

 

Tag(s) : #LIBERTÉ D'EXPRESSION, #CENSURE, #COLLECTIF, #QUÉBÉCOIS