Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

-La pomme et l'étoile 
-Étienne Beaulieu 
-Éditions Varia, Groupe Nota Bene, 2019 
-206 pages 
-Essai, peintre, art, Québec. 


*Je tiens à remercier les Éditions Varia et le Groupe Nota Bene pour ce service de presse*

*Éditions Varia*

*Groupe Nota Bene*

Le commentaire de Martine : 
Cet essai littéraire est un portrait que décident, de tracer sur papier, deux figures de l’art, le maître et l’élève, Ozias Leduc et Paul-Émile Borduas. Deux hommes que l’on peut qualifier de légendes, il s'intéresse aux états d’âme et aux réactions des gens de leur génération, qui gravitent autour d’eux. Ces deux hommes sont natifs de Saint-Hilaire, ont tout pour les interposer comme si on parlait de l’eau et du feu, en plus des quatre décennies qui les séparent. Deux artistes qui recherchent un sens, une orientation pour leurs arts. 
Ce récit est rempli de métaphores et de rhétoriques, Étienne Beaulieu va puiser dans certains moments retenus de la vie de ces deux figures, qui à leur image et à partir de leur talent, ont promulgué l’art au Québec, que ce soit dans les édifices religieux ou par leurs collections personnelles. 
Étienne Beaulieu, écrit d’une plume franche, il apporte une réflexion éclairée sur le monde du Québec dans lequel on vit, et aussi en se remémorant des événements, des actions, des gestes qui ont influencé notre société. Une lecture dans laquelle j'ai fait plein de découvertes, car Ozias Leduc m'était un peintre inconnu tandis que Paul-Émile Borduas, je le connaissais un peu sans me douter que Leduc soit son maître. Et qu'entre ces deux hommes, chacun se vouait une admiration, un respect et un amour remarquable.


Résumé : 
La pomme, c'est Ozias Leduc. L'étoile, Paul-Émile Borduas. C'est à partir de la relation entre le maître et l'élève de Saint-Hilaire, entre deux générations, qu'Étienne Beaulieu parvient à penser, à aimer à la fois ses territoires intimes et collectifs. Que demander de plus, comme lectrice, comme lecteur, que de voir un auteur devenir sous nos yeux un écrivain, une prose sortir de ses gonds, un cœur s'affoler. « Je me suis enfin mis au monde », voilà les derniers mots de ce grand petit livre, œuvre de maturité qui réussit à réconcilier l'ici et l'ailleurs, le jour et la nuit, à raconter du même souffle une histoire du Québec, une histoire de l'art et une histoire d'amour. 

« Cette méditation sera faite de digressions, de souvenirs, de divagations et de tentatives d’interpréter des faits collectifs et intimes très têtus. Tout ceci reste […] obstinément tourné vers un seul but, comprendre le sens de ma vie et de mon époque. […] Pour tenter de comprendre ce déchirement tranquille, je prendrai deux peintres comme modèles pour réfléchir à mes tendances intérieures et contraires, qui ne sont pas seulement les miennes, mais celles de toute une nation, balancée entre les tentations de l’ouverture et du repli, du sommeil inconfortable et du réveil brutal. Disons-le tout de suite : ce sont leurs légendes qui m’intéressent, moins que leur réalité historique. »

Tag(s) : #ESSAI, #PEINTRE, #ART, #QUÉBÉCOIS