Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

-Farida
-Monia Mazigh
-Les Éditions David, 2020
-406 pages
-Roman historique, femmes musulmanes, Tunisie, société patriarcale


*Je tiens à remercier les Éditions David pour ce service de presse*

*Les Éditions David*

Le commentaire de Martine : COUP DE COEUR!
Les femmes musulmanes ont subi un patriarcat, une domination, une pauvreté, une colonisation, toutes sous le joug des hommes. Que ce soit en Tunisie, au Canada et ailleurs dans le monde, cette histoire a été vécu par beaucoup de femmes durant plusieurs années. Farida, notre protagoniste, est à l’image de ces femmes qui sont toujours debout, combattantes et qui donnent espoir aux autres femmes et aux générations futures.
Ce récit prend racine en Tunisie en 1941, afin de suivre le parcours d’une femme qui veut s’émanciper et se sortir des carcans imposés par la domination patriarcale. Farida brûlant d’un désir de liberté, d’indépendance et d’espoir. C'est à travers les histoires de Farida, de sa cousine Fatma et de sa belle-fille Jouda, que nous allons suivre l’affirmation de ces femmes de culture arabo-musulmane à s’affirmer face à la domination des hommes et de la culture du silence et l’obéissance.
Monia Mazigh a une belle plume, sensible, réaliste. Son récit dépeint la réalité des femmes qui sont encore aujourd’hui sous l’influence de la domination patriarcale, malgré toutes ces années, dans certaines cultures s’est encore une réalité. C’est pourquoi, des portraits comme celui de Farida, on se doit d’en parler, de les écrire, et même de les enseigner.
C’est un coup de cœur renversant pour ce récit du parcours d’une femme qui a besoin de liberté et d’émancipation dans une culture du patriarcat autoritaire.


Résumé :
Victime du patriarcat qui régissait la société tunisienne au siècle dernier, Farida va toutefois résister au rôle qu’on lui assigne en devenant un exemple de résistance dans cette culture arabo-musulmane qui nie le pouvoir des femmes. Forcée par son père de se marier à un cousin dépravé, elle va petit à petit conquérir son indépendance après avoir mis au monde un garçon, Taoufiq, puis élevé sa petite-fille, Leila, qu’elle veut forte et déterminée.
À travers son histoire, mais aussi celles de sa cousine Fatma et de sa belle-fille Jouda, on peut suivre cette lente affirmation des femmes, qui n’a pas été très souvent dépeinte, mais qui explique pourtant comment la domination des hommes a profondément évolué au cours des 80 dernières années.

Tag(s) : #ROMAN HISTORIQUE, #FEMMES MUSULMANES, #TUNISIE, #SOCIÉTÉ PATRIACALE, #COUP DE COEUR