Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

-Daddy

-Antoine Charbonneau-Demers

-VLB Éditeur

-114 pages

-Littérature queer, pandémie, amant, chlamydia, homosexuel, sexe

 

*Merci à VLB Éditeur ainsi qu'à Marie-Josée Martel, pour ce service de presse*

*VLB Éditeur*

*Antoine Charbonneau-Demers, auteur(FB)*

Le commentaire de Lynda :

Avant de vous donner mon avis, je dois dire que je ne suis pas habituée à ce genre de lecture un peu en dehors des romans que je lis habituellement.
Nous sommes en pleine pandémie, et le personnage principal est confiné comme tout le monde. C'est un écrivain, il écrit et recommence, il est aussi homosexuel, et dans le temps présent où il raconte, il a un amant. Mais cet amant que l'on va nommer Daddy fini par tomber en amour, tandis que notre personnage que l'on va appeler Fiston, lui ne l'est pas, pour lui c'est une affaire de sexe, d'ailleurs assez détaillé dans ce roman.
Autre que de nous parler de Daddy, il nous parle de ses amies, il nous parle de son père, de sa mère qui est partie pour un monde meilleur.
Que puis-je vous dire, j'ai senti une certaine détresse dans ces mots, de la solitude, même s'il est entouré d'amis et d'un amant, j'ai aussi senti ce combat contre l'amour, Daddy, qui à prime abord, ne semble vouloir que le sexe, fini par tomber en amour, mais Fiston, lui ne veut pas se laisser prendre dans les griffes d'un amour.
À première vue, on dirait une relation toxique, mais finalement on se rend compte que non, c'est simplement l'amour à sens unique. 
En fait, c'est un état dans lequel je peux imaginer que beaucoup de monde se trouve présentement, justement à cause de cette pandémie.
Des mots francs, honnêtes, clairs, l'auteur nous parle comme si nous étions dans son salon en pleine conversation. Un roman très différent de ce que je lis habituellement, mais que j'ai apprécié d'une certaine façon et qui mérite d'être lu.

 

 

Résumé :

C'est l'histoire d'un jeune homme, ancien acteur tanné de jouer des hétéros, devenu écrivain, qui soigne une vilaine chlamydia dans les premières semaines de la pandémie. Appelons-le Fiston. Fiston pense à Daddy, son amant banquier de vingt ans plus âgé que lui, au pénis énorme qui n'aime pas les livres. Ensemble, ils ont vécu une aventure torride. Le problème, c'est que Daddy lui a dit « mon amour », un jour, puis une autre fois, « je t'aime » ; il s'est excusé, mais il l'a redit. Daddy est amoureux, et Daddy est jaloux. Ça gâche tout.
On retrouve dans le roman les amies fidèles, L et K, et le souvenir vivant d'une mère morte, et un père qui est le plus grand fan du jeune écrivain sulfureux. Et aussi, l'affreux roman de Nabokov, et l'ombre de Nelly Arcan, et la femme à la cravate de Modigliani, et Marie Kondo.

Tag(s) : #LITTÉRATURE QUEER, #PANDÉMIE, #AMANT, #CHLAMYDIA, #HOMOSEXUEL, #SEXE, #QUÉBÉCOIS