Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

-L'irrationalité nécessaire

-De Platon à Einstein : Les Poètes

-Jean Désy

-Éditions XYZ

-208 pages

-Essai, poésie, intuition, sociétés, humanité

 

*Merci aux Éditions XYZ pour ce service de presse*

*Les Éditions XYZ*

*Jean Désy, auteur(FB)* 

Le commentaire de Lynda :

Depuis aussi loin que je me souvienne, combien de fois ais-je entendu : ''sois réaliste'' ''tu es irrationnelle'', nous avons grandi avec cet énoncé qui nous a été répété par nos parents, par les éducateurs, enfin bref par la société, maintes et maintes fois.
Dans cet essai, l'auteur Jean Désy, nous démontre, que la société ne laisse aucune place à l'irrationnel, à l'instinct, à l'intuition. Non tout doit être pensé, réfléchi, rationnel, sans fantaisie, de la façon qu'il décrit, c'est comme si le monde était ''beige'', plus de couleurs.
Bien sûr, il nous parle des grands philosophe comme Aristote, Platon et bien d'autres, ou encore des grands scientifiques, tels qu'Einstein, Descartes qui prônaient les sciences, la logique hors de tout doute et ce, avant toute chose, enlevant du même coup tout action de notre part, venant du coeur ou de notre instinct.
Dans cet essai, Jean Désy, tente de redonner sa place à l'imprévu, à la poésie, à l'intuition, et pourquoi pas même un peu de folie dans la vie de tous les jours.
Mettre de côté, le principe de ''je pense, donc je suis'' et adapter notre vie à notre intuition, nos désirs et surtout écouter notre instinct, et trouver un juste équilibre entre la réflexion et l'impulsivité.
Une lecture qui me faisait un peu peur, et pourtant une fois que j'ai pris le rythme, que je me suis familiarisée avec le genre de l'auteur, j'ai beaucoup apprécié. L'auteur nous fait prendre conscience, du trop grand sérieux de la vie, et ce, à cause de notre éducation, il nous pousse à faire de la place pour l'impulsion et l'instinct. À faire une place dans notre vie pour la poésie, pour les mots du cœur, qui autre que de nous faire du bien, ne veulent peut-être rien dire, tel que la poésie et son sens bien souvent caché.
Une lecture un peu sérieuse, mais tout au fond une lecture qui nous éclaire sur le rationnel et l'irrationnel.

 

Résumé :

Ce n’est pas que Descartes avait tort, en énonçant son «Je pense donc je suis.» Le problème se situe plutôt… dans un abus de raison. Et si, à force de nous remettre à la logique rationnelle pour bâtir nos sociétés – leur approche pédagogique, leur système médical, leur rapport à la science, au mystère –, nous nous étions imposé des œillères par peur du vertige, perdant de vue une part essentielle, irrationnelle?

Dans ce plaidoyer pour un monde ménageant une place à la poésie et à l’intuition, Jean Désy en appelle à ses maîtres à penser issus des sciences aussi bien que des humanités et des arts, citant Carl Jung comme Clarice Lispector, Antoine de Saint-Exupéry autant que Simone Weil, en passant par Max Planck et Lao Tseu. Nous voici invités à leur table pour oser imaginer un nouveau rapport au réel.

Tag(s) : #ESSAI, #POÉSIE, #INTUITION, #SOCIÉTÉ, #HUMANITÉ