Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

-XYZ. La revue de la nouvelle
-#143 : Sex, drugs and rock’n’roll : la jeunesse ne meurt jamais
-Sous la direction de Christiane Lahaie et Marie-Claude Lapalme
-XYZ, La revue de la nouvelle, 2020
-100 pages
-Revue littéraire, nouvelles, sexualité, drogue, temps durs, amours, amitié, jeunesse, vieillesse
 
*Je tiens à remercier XYZ, La revue de la nouvelle, et DOLA Communications pour ce service de presse*

*Revue XYZ de la Nouvelle*

*Dola Communications*

Le commentaire de Martine :
Je vous partage la joie que je ressens lorsque je reçois la revue de la nouvelle, comme j’aime lire des nouvelles, je trouve cela exigeant pour l’auteur qui a réussi à mettre son idée en si peu de mots et accrocher le lecteur dès les premiers mots. 
Dans ce numéro, vous allez bien comprendre que nous allons retrouver toutes sortes de nouvelles en touchant des thèmes qui, quelques fois, peuvent être sensibles, comme la sexualité, la drogue et aussi des temps où la jeunesse a une place primordiale, le temps du rock’n roll. 
Je peux dire que certaines nouvelles ont gagné mon cœur, premièrement parce que ce sont des auteurs que j’apprécie comme Fanie Desmeules, Nicholas Giguère, Mathieu K. Blais, Patrick Nicol. Je vous invite à lire la revue qui permet aussi de découvrir de nouveaux noms de plume, ce fut de belles découvertes, je vous la recommande.
 

Résumé :

Parce que les temps sont durs, les époques bénies nous font du genou. Si la jeunesse ne meurt jamais, il reste le souvenir (et parfois, consubstantielle, la souffrance). Dans ce numéro thématique piloté par Christiane Lahaie et Marie-Claude Lapalme, XYZ présente des textes de cuites (Patrick Nicol), des adolescences tourmentées (Fanie Desmeules, M.K. Blais, Marie-Claude Lapalme), des gangsters à guitare (Georges Desmeules), des spectacles épiques (Nicolas Guay)… Et comme la nouvelle est ce genre qui sait piquer là où ça fait mal, elle nous rappelle plus souvent qu’autrement qu’il faut parfois se garder de glorifier le passé. La revue fait également paraître le texte du lauréat de notre concours Pascal Blanchet: «Nocturne à la tête de chat ». Cette nouvelle sur les difficiles fins de vie dans les centres de soins longue durée a quelque chose d’effroyablement prémonitoire. Pour cette trentième édition du concours, le prix était accompagné d’une bourse de 2000 $ ainsi que d’une adhésion d’un an au Centre québécois du P.E.N. international. Cinq nouvelles paraissent en thème libre : Nathalie Nadeau signe un texte sur les années d’université, Paul Ruban, lauréat du prix Trillium 2020 pour son recueil de nouvelles Crevaison en corbillard, propose une nouvelle sur l’appartenance au temps des tatouages, le libraire Bruno Lalonde offre un texte sur une bibliothèque de livres bien mystérieuse, la nouvelle de Samuel Homier, dramatique et sensuelle, traite de deuil et de sexualité ; enfin, Olivier Talbot propose une allégorie sur le thème d’Abel et Caïn. Trois comptes rendus ferment ce numéro: les recueils traduits de l’anglais de Paige Cooper et de Melissa Bull ainsi que le recueil de David Bélanger sont présentés. On se verse un verre de rouge et on apprécie !
 
Tag(s) : #REVUE LITTÉRAIRE, #NOUVELLES, #SEXUALITÉ, #DROGUE, #AMOURS, #AMITIÉ, #JEUNESSE, #VIEILLESSE, #QUÉBÉCOIS, #TEMPS DURS, #MARTINE L